Document sans nom

juillet 2017 8 députés à l'Assemblée nationale alors que le parti socialiste en a 28 avec 4 fois moins de voix, ainsi que le PCF 10 députés (quelle démocratie !?!) Le FN est passé à plus de 11 millions électeurs, mais les tricheries ont été massives et la Presse radicalement antidémocratique.



Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
isabelle-rebelle
moderateur
moderateur
Féminin
Nombre de messages : 281
Age : 29
Points : 592
Date d'inscription : 02/05/2013

La CEF (conférence des évêques de France) craint plus les blogues que les profanations

le Lun 6 Jan - 17:37
Face à la déferlante des profanations antichrétiennes les évêque lancent : UNE RÉFLEXION ??????
Si si, vous avez bien lu.


(conférence des évêques de France)
http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/90213




   Face aux actes « antichrétiens », l’Église réagit avec discernement

Tout y est : ‘antichrétiens’ entre guillemets, comme s’il fallait prendre ce qualificatif avec des pincettes, voire douter que les profanations à répétition ne soient pas des actes dirigés contre l’Eglise. Et, au cas où l’on n’aurait pas compris, « l’Eglise agit avec discernement ». Comprenez : pas comme ceux qui s’inquiètent de la montée des actes contre les chrétiens.

Les chiffres cités par l’article sont pourtant éloquents :

« Durant les huit premiers mois de 2012, les services du ministère de l’intérieur ont répertorié 233 vols ou dégradations dans des églises et chapelles et 135 dans des cimetières qualifiés de « chrétiens ». Un chiffre en légère hausse (+ 5 %) par rapport à la même période de l’année précédente »

Oui mais attention : les auteurs de l’article relativisent aussitôt :

« à rapporter aux 45 000 lieux de culte catholiques de l’Hexagone »

Le ratio est ainsi bien moindre. Et tant pis pour les 5% de dégradations en hausse.

Les journalistes du quotidien officiel de la Conférence épiscopale en viennent alors à nier l’acte même de profanation :

« À Cormery (Indre-et-Loire), où le tabernacle de l’église a été forcé et son contenu dérobé en septembre, le P. Gilles Meunier appelle à la prudence face à toute utilisation abusive du terme. « Selon toute vraisemblance, d’après les gendarmes, les coupables ont surtout voulu commettre un vol de métaux précieux. Si les motivations avaient été autres, je l’aurais dit, mais ce n’est pas le cas. »  Ce qui n’enlève rien, souligne-t-il, à la « douleur »  ressentie par nombre de paroissiens. »

Vandalisme, vol de métaux, dégradations, personne déséquilibrée… les excuses ne manquent pas pour ne pas voir la réalité. De quoi ont-ils peur ? La persécution est pourtant annoncée dans l’Evangile. Nous ne sommes pas plus grand que Le Maître de la moisson.

La suite de l’article nous révèle qu’ils n’ont pas peur de la hausse des profanations, mais des « nombreux sites, souvent proches de l’extrême droite« … Bigre ! Voilà ce que nos journalistes, qui ne font que passer un message de la CEF, affirment :

« Chez certains chrétiens, la publicité donnée à l’indicateur mensuel des actes antisémites et antimusulmans contribue à alimenter le sentiment d’une « différence de traitement ». »

Mais que nenni :

« Il n’y a aucune action comparable à ce que l’on observe avec l’antisémitisme, par exemple »,  fait valoir la place Beauvau. « Et à vrai dire, les responsables de la communauté chrétienne ne nous ont jamais fait part de la nécessité d’un indicateur spécifique. »  Ce qui n’empêche pas le ministère de « prendre les choses au sérieux »,  et de traiter « ces affaires localement, entre les préfets et les diocèses ».

Oui, car contrairement aux actes antisémites, le ministre ne publie pas un communiqué à chaque profanation anticatholique (ce serait quasiment du quotidien !) et il ne se déplace pas non plus sur place pour donner un coup de menton et affirmer « plus jamais ça » !

Ce qui inquiète la CEF, ce sont ces fameux, ces horribles « traditionalistes » (ces horribles qui pensent encore que la messe est un sacrifice – si ce n’est pas pire que toutes les profanations, ça !) :

« Pour ne pas laisser le champ libre aux associations traditionalistes et donner aux magistrats un interlocuteur unique, la CEF a créé en 1996 une association, Croyances et libertés, destinée à défendre en justice « les sentiments » et les « convictions » des catholiques. À plusieurs reprises – en particulier lors du détournement de la Cène dans une publicité – l’association a porté plainte. »

Une association fantôme, que l’on n’entend jamais, mais qui est là pour délégitimer l’action de l’Agrif (jamais citée dans l’article de la Croix : il ne faudrait pas qu’il lui vienne à l’idée de porter plainte…). Ne pouvant dénier aux laïcs le droit d’agir au sein de la société pour défendre l’Eglise, sans les clercs, et parfois contre les clercs, la CEF empiète sur le terrain du laïcat chrétien (contre la lettre du Concile Vatican II…).

Toutefois, les évêques réfléchissent à un autre mode d’action. Parce que Croyances et libertés est souvent déboutée au nom de la liberté d’expression. Lors de leur Assemblée plénière à Lourdes en novembre,  les évêques ont annoncé leur intention de « lancer une réflexion »  sur les modes d’action.

Messieurs les épiscopes, pendant que les églises sont profanées, bonne réflexion !
avatar
Admin-françoise
administrateur
administrateur
Féminin
Nombre de messages : 3645
Age : 107
Localisation : iceberg n°56 Antarctique, là où la connerie humaine fait fondre les glaces
Points : 8135
Date d'inscription : 12/08/2008

Re: La CEF (conférence des évêques de France) craint plus les blogues que les profanations

le Lun 6 Jan - 18:21
IL faudrait que la CEF ouvre définitivement les yeux.
La destruction ou dégradation, quelle qu’en soit les mobiles, de lieu de culte est sévèrement puni par le Code pénal : Article 322-3-1
Créé par LOI n°2008-696 du 15 juillet 2008 – art. 34 La destruction, la dégradation ou la détérioration est punie de sept ans d’emprisonnement et de 100 000 € d’amende lorsqu’elle porte sur :
...
(…) un édifice affecté au culte ;
...

Les peines sont portées à dix ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende lorsque l’infraction prévue au présent article est commise avec la circonstance prévue au 1° de l’article 322-3.


La chapelle Saint-Guen de Saint-Tugdual (Morbihan), brulée en janvier 2006 et recouverte d'inscriptions antichrétiennes.


Liens relatifs à cet article de loi
Cité par:
Annexe du - art. R114-1, v. init.
CODE DE PROCEDURE PENALE - art. 2-21 (V)
Code de procédure pénale - art. 2-21 (V)
Code du patrimoine. - art. L114-3 (V)
Code du patrimoine. - art. L114-4 (V)
Code du patrimoine. - art. L114-6 (V)
Code du patrimoine. - art. R114-1 (V)
Code pénal - art. 714-1 (V)
Code pénal - art. 724-1 (V)

Crée par: LOI n°2008-696 du 15 juillet 2008 - art. 34


Ces idiots utiles du remplacement de peuple font semblant de ne pas comprendre ou alors c'est pire ils sont complètement débiles.

_______________________________________________

"Une société prête a sacrifier un peu de liberté contre un peu de sécurité ne mérite ni l'une, ni l'autre, et finit par perdre les deux." Benjamin Franklin.
avatar
Manuel de Toulon
Invité

Re: La CEF (conférence des évêques de France) craint plus les blogues que les profanations

le Lun 6 Jan - 18:30
La CEF devrait tenter une expérience: dans le fléchage des dons. C'est à dire mettre une flèche vers

« lutte contre les manifestations anti-catholiques
ou
« information sur les incivilités à l’encontre des lieux de cultes catholiques»

Avec financement des actions en justice nécessaires à chaque dégradation, etc… » 

Bonjour à tous
avatar
chrétiendetroyes
Invité

Re: La CEF (conférence des évêques de France) craint plus les blogues que les profanations

le Lun 6 Jan - 18:45
Pour ce qui concerne l'Observatoire de l'islamophobie dans son recensement il n'est fait aucune entre ce qui relève de la critique de l'islam ! et ce qui relève de l'agression réelle. Ce qui fait qu'on répertorie n'importe quoi (généralement des bidonnages). Ainsi sur les 157 actes recensés très peu concernent des agressions physiques ou des destructions de mosquées. Il s'agit essentiellement de critique de la religion islamique et on y inclut par exemple des gens très "laïcards" qui seraient un peu blasphémateurs.


Par contre, de son côté, depuis 9 mois l’Observatoire de la christianophobie a recensé 250 manifestations publiques de christianophobie : notamment
- 8 agressions de prêtres,
- 17 tentatives d’incendies et incendies d’églises ou de lieux de culte chrétiens,
- 25 cas de profanations et actes de vandalisme de cimetières chrétiens
- et 70 cas de profanations d’églises et actes de vandalisme contre et dans des lieux de culte chrétiens.

Selon les critères du ministère de l'Intérieur, les lieux de culte qui sont le plus souvent sabotés et endommagés sont de très loin ceux de l’Église catholique. Pour donner un exemple précis, depuis plus de 15 ans à Perpignan dans la paroisse de Saint-Jacques, il a fallu mettre des barbelés ainsi que tout un système de sécurité autour de la paroisse car les prêtres étaient constamment agressés. Les cas d'incursion dans les églises comme on l'a encore vu récemment dans la cathédrale Notre-Dame de Paris avec les Femens sont banals contre les chrétiens. Lorsqu'on lit les rapports concernant l'islamophobie, on s’aperçoit que les cas de vandalisme de mosquées sont rares : peinture d'un drapeau français ou envoie d'une matière porcine sur les murs. Ces cas marginaux sont présentés quasiment comme des agressions physiques alors qu'il y a des cas d'agression de prêtre régulièrement. Par contre, les rares imams qui ont été agressés ces dernières années l'ont été par des organisations islamiques radicales comme ça été le cas pour l'imam Chalghoumi à Drancy qui est toujours sous protection policière.


Étant donné que le christianisme est assimilé à la religion du "blanc", de l'Européen, du colonisateurs ou de l'Américain néo-conservateur évangéliste, il cumule toutes les tares. C'est la religion du "méchant", du croisé, de ceux qui ont conquis l'Amérique latine et imposés l'esclavagisme. La religion chrétienne est vraiment attachée à la figure du méchant homme blanc occidental, ce qui est tout à fait à relativiser, mais qui est ancré dans l'idéologie des européens eux-mêmes.
A force discours culpabilisants, de repentances les chrétiens se font voler leurs identités.
Contenu sponsorisé

Re: La CEF (conférence des évêques de France) craint plus les blogues que les profanations

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum